Glossaire du conditionnement

Définitions de sécurité alimentaire et termes de conditionnement importants

Tout ce que vous avez besoin de savoir sur le conditionnement alimentaire

Le glossaire contient de précieuses définitions de sécurité alimentaire, rédigées par nos experts en adhésifs et rassemblées en un emplacement central. Naviguez au travers de notre vaste centre de connaissance et approfondissez votre compréhension de sujets importants pour le conditionnement alimentaire, par exemple la migration, le principe ALARA, la réglementation sur le contact alimentaire ou les normes de qualité.

AAP
Les amines aromatiques primaires (AAP) sont un groupe de produits chimiques dotés d’un élément structurel commun, une amine rattachée à un cycle aromatique. Plusieurs de ces composants sont connus comme, ou du moins soupçonnés, cancérogènes pour l’homme. Leur présence dans les emballages alimentaires doit donc être évitée. A cause de leur profil toxicologique, les amines aromatiques ne sont généralement pas utilisées dans les formulations. Elles peuvent cependant apparaître comme NIAS, produites par des encres polyuréthanes ou des adhésifs de contrecollage. Il est donc impératif de vérifier l’absence de AAP dans les emballages alimentaires, dès qu’un composant de polyuréthane réactif est utilisé en fabrication.

Acide borique
L’acide borique et les borates sont des additifs largement employés dans les adhésifs. Ils permettent d’augmenter la viscosité et l’adhérence des adhésifs et s’emploient en particulier dans la transformation du papier et l’étiquetage. L’acide borique et les borates ont été ajoutés dans la liste des substances très inquiétantes (SVHC, Substances of Very High Concern) potentielles. Ils sont classés comme toxiques pour la reproduction et sont non persistants, bioaccumulables et toxiques (PBT) selon la Régulation (CE) n° 1272/2008. La quantité d’acide borique et de borates utilisés dans les adhésifs est souvent nettement inférieure aux limites de concentration amenant la classification du produit fini. Il existe de nouvelles catégories d’adhésifs sans borate.

ALARA
ALARA est l’acronyme de « As Low As Reasonable Achievable », aussi bas que raisonnablement possible. Travailler selon le principe ALARA en termes de contact alimentaire implique la réduction de tous les migrants au niveau minimum nécessaire pour atteindre l’effet technique escompté.

Analytique
Le centre analytique de Henkel à Düsseldorf propose ses services d’analyse à tous les secteurs d’activité de Henkel, ainsi qu’aux clients extérieurs. Il prend en charge les produits Henkel tout au long de leur cycle de vie : de la recherche au développement produit, puis à la production, à la gestion du produit, à la commercialisation et au service client technique. Les services d’analyse sont aussi variés que la gamme de produits de Henkel, les adhésifs côtoyant les détergents et la cosmétique. En fonction de l’information demandée, le centre analytique dispose de toutes les techniques disponibles pour étudier les matières premières comme les produits finis, pour vérifier les spécifications ou analyser des défaillances.

Antioxydants

Les antioxydants sont souvent utilisés dans les systèmes thermoplastiques, tels les adhésifs thermofusibles, pour prévenir les dommages causés par la thermo-oxydation des adhésifs (dégradation, skinning, décoloration), en particulier lorsqu’ils sont en état de fusion. Les antioxydants habituellement utilisés ont une masse moléculaire assez faible, tels les antioxydants phénoliques, les thiosynergistes ou les phosphites. Pour ses produits pouvant entrer en contact alimentaire, Henkel n’utilise que des antioxydants répertoriés dans le Règlement concernant les matériaux et objets en plastique (UE) n° 10/2011 et dans les réglementations correspondantes de la FDA.

ASP
ASP est l’acronyme d’adhésifs sensibles à la pression (PSA, Pressure Sensitive Adhesives). Le terme s’applique aux adhésifs qui forment une liaison lorsqu’une pression suffit à réunir adhésif et adhérent. L’activation de l’adhésif ne nécessite ni solvants, ni eau, ni chaleur. Les adhésifs sensibles à la pression sont employés dans des industries très variées : les films adhésifs, les étiquettes, le graphisme, dans le médical et l’automobile…

Benzoates
Les benzoates sont souvent utilisés comme plastifiants, notamment le diéthylène glycol dibenzoate, le dipropylène glycol dibenzoate et le triéthylène glycol dibenzoate.

BfR
L’institut fédéral allemand pour l’évaluation des risques, le BfR (Bundesinstitut für Risikobewertung), sous l’égide du Ministère fédéral de la Protection du consommateur, de l’Alimentation et de l’Agriculture, s’intéresse à tous les aspects scientifiques de la protection de la santé des consommateurs. Ses tâches principales sont l’identification des risques et la protection de la santé. Selon le site institutionnel de BfR, cela « comprend l’évaluation de risques sanitaires existants et l’identification de nouveaux risques, la création de recommandations pour réduire les risques et la communication de ce process. Dans ses évaluations et ses recommandations, le BfR n’est soumis à aucun intérêt, ni économique, ni politique, ni social. Il communique ensuite de façon compréhensible au grand public. » Le BfR publie et met régulièrement à jour les recommandations de son équipe interne d’experts, sans valeur légale. Aux différents groupes de produits correspondent des chapitres spécifiques, par exemple adhésifs/dispersions (BfR XIV) ou polyuréthanes (BfR XXVIII). Le Règlement cadre établit – en l’absence de réglementation européenne spécifique, ce qui est le cas des adhésifs – qu’il est autorisé d’utiliser des règlements ou recommandations nationales, tel le BfR.

Vous trouverez plus d’information sur le site du BfR

CLP
Le règlement CLP (Classification, Labeling and Packaging) pour classification, étiquetage et emballage des substances et des mélanges ((CE) n° 1272/2008) applique le Système Général Harmonisé (SGH) à l’Union Européenne. Il remplace le système actuel, contenu dans les directives DSD, Dangerous Substances Directive (67/548/CEE), et DPD, Dangerous Preparations Directive (1999/45/CE), pour les substances et préparations dangereuses. Simultanément, les phrases R de risque et S de sécurité avec les pictogrammes orange, bien connus, sont remplacés par des mentions de danger (H pour hazard) et conseils de prudence (P pour precautionary) et de nouveaux pictogrammes en forme de losange avec une limite rouge. Les produits constitués d’une seule substance devaient être reclassifiés et réétiquetés conformément aux nouvelles exigences pour le 1er décembre 2010.

Colles à froid
Les colles à froid sont des matériaux pouvant être appliqués sur le substrat de films, où ils créent une couche qui n’a pas l’adhérence d’un adhésive sensible à la pression classique, mais qui toutefois adhère suffisamment pour faire étanchéité avec elle-même. Les colles à froid peuvent donc être appliquées sur des films stockés sous forme de rouleaux, sans pour autant bloquer le rouleau. En application, un emballage souple peut être formé à partir du film avec son substrat, puis soudé le long des bords par pression seule. Contrairement au scellement par chaleur des emballages souples plus courant, ce procédé permet de conditionner des denrées sensibles à la température, tel le chocolat, sans les endommager.

Colles à froid à base de latex
Les matériaux conventionnels pour colles à froid contiennent du latex naturel, polymère naturel aux propriétés uniques. Le latex procure une bonne étanchéité et produit des emballages d’excellente résilience, lorsque sollicités mécaniquement, et résistant à l’éclatement. Comme pour tous les produits à base de latex, les dérivés (protéines, etc.) contenus naturellement peuvent cependant provoquer des réactions allergiques et obligent à prendre des précautions. C’est pourquoi Henkel recommande d’éviter le contact direct entre produits à conditionner et revêtements de colle à froid à base de latex.

Colles à froid synthétiques
Comme le latex naturel, contenu dans les colles à froid conventionnelles, présente un risque résiduel de réaction allergique, il y a une demande de colles à froid sans latex naturel. Henkel a développé des produits de colle à froid « synthétiques », où le latex naturel est remplacé par un polymère synthétique sans aucune protéine et donc sans risque pour les personnes sensibilisées au latex. Actuellement, les colles à froid synthétiques sont essentiellement utilisées dans le conditionnement médical, où l’allergie au latex est un sujet très important.

Contamination
La contamination d’aliments par substances ajoutées de façon non intentionnelle est chose sérieuse, qui peut les rendre impropres à la consommation, voire provoquer des maladies. Plusieurs types de contamination sont possibles : contamination biologique par des bactéries ou des champignons, contamination chimique par des substances chimiques ou contamination par des corps étrangers (cheveux, ongles, etc.). Des adhésifs peuvent également être contaminés s’ils ne sont pas produits selon les bonnes pratiques de fabrication (GMP). Pour les adhésifs à base d’eau, toute contamination biologique doit être prévenue par l’utilisation des bons conservateurs. La contamination chimique des adhésifs peut être causée par des matières premières impures ou par un équipement de production souillé. Toute contamination croisée de produits, c'est-à-dire le transfert de composants d’une formulation à l’autre pendant la production, doit être exclue en travaillant en environnement GMP.

COV
Les composés organiques volatils (VOC, volatile organic compounds), tels les solvants ou monomères résiduels, s’évaporent facilement d’un substrat sous forme gazeuse.

Le cube standard UE
1 kg d’aliments est inséré dans un cube de côté 1 dm, soit 6 dm² de surface totale en contact alimentaire. Ainsi, 1 kg d’aliments est supposé être emballé dans 6 dm² de matériau en contact alimentaire. Ce rapport de 6 dm²/kg entre la surface et le volume permet une approche simplifiée, à ajuster ensuite en fonction des conditions d’utilisation réelles pour évaluer la migration.

Déclaration d'aptitude au contact alimentaire
La déclaration d’aptitude au contact alimentaire doit fournir aux clients (convertisseurs, producteurs d’aliments, etc.) toute l’information nécessaire pour qu’ils puissent effectuer leur propre évaluation du risque. La législation européenne exige une estimation du risque pour chaque étape de la production:

  • Le fournisseur de matière première : évalue le risque du matériau
  • Henkel : évalue le risque pour l’adhésif
  • Le convertisseur : évalue le risque de l’emballage final
  • Le remplisseur : évalue le risque pour les aliments emballés

Decreto Ministeriale
Le Decreto Ministeriale du 21 mars 1973 et ses amendements constituent la loi italienne sur la sécurité alimentaire. Il établit les exigences sanitaires pour les emballages, contenants et outils prévus pour contact alimentaire. Le Decreto Ministeriale est régulièrement mis à jour et tient également compte de la législation européenne. Il établit des exigences spécifiques pour différents matériaux, par exemple le plastique, le caoutchouc, la cellulose régénérée, le papier et le carton, le verre et l’acier inoxydable.

EFSA
L’EFSA (European Food Safety Authority), Autorité Européenne de la Sécurité des Aliments, évalue continuellement les substances pour matériaux en contact alimentaire et établit des limites de migration spécifiques. Le groupe CEF, panel EFSA sur les matériaux en contact alimentaire, enzymes, parfums alimentaires et auxiliaires de transformation, émet régulièrement des opinions et conseils scientifiques pour l’évaluation du risque.

Essais de migration
La législation concernant les matériaux en contact alimentaire fixe un cadre clair pour la réalisation des essais et s’intéresse généralement au produit fini. Les essais de migration globale pour vérifier la limite de migration globale (LMG) n’ont pas d’implication toxicologique, mais donnent une bonne indication de l’inertie du matériau en contact alimentaire vis-à-vis du produit à conditionner. Des essais de migration spécifiques permettent de vérifier les limites de migration spécifiques (LMS). Ces LMS sont basées sur les données toxicologiques disponibles et le respect des LMS est primordial pour les conditions d’utilisation prévues.

Faible migration
Généralement parlant, la migration décrit la diffusion de molécules d’un emballage dans les aliments ou vice-versa. Cela peut détériorer la qualité des denrées conditionnées. Les substances susceptibles de migrer sont celles de masse moléculaire < 1 000 Dalton. Moins sa masse est élevée, plus une substance migrera facilement. La « faible migration » ne possède pas vraiment de définition établie. Pour les adhésifs à base d’eau de Henkel, faible migration signifie de faire mieux que la conformité à la réglementation et d’être en-dessous des valeurs limites. Nous réduisons l’utilisation d’ingrédients critiques partout où c’est possible et nous cherchons les moyens d’éliminer complètement les substances susceptibles de migrer.

GMP
Les bonnes pratiques de fabrication (GMP, Good Manufacturing Practice) représentent l’assurance qualité pour que les produits soient systématiquement fabriqués et contrôlés dans le respect de normes de qualité adaptées à leur utilisation prévue.

HACCP
HACCP est l’acronyme de « Hazard Analysis and Critical Control Point », analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise. HACCP est un système préventif pour garantir la sécurité des aliments et protéger la santé des consommateurs. Cet outil permet d’évaluer les dangers et d'établir un système de contrôle axé sur la prévention. Le principe de HACCP peut être appliqué à l’intégralité de la chaîne de production. La première étape est l’analyse des dangers, réalisée par identification des points de contrôle critiques possibles, les CCP (Critical Control Points). Des limites critiques sont à définir pour chaque point et le système doit permettre de vérifier les CCP. Pour les différents points, il faut ensuite déterminer les actions correctives. L’objectif final est d’établir une procédure permettant de vérifier si le principe HACCP est appliqué ou non et de documenter chaque étape de la procédure.

Huiles minérales
Depuis 2011, la présence de composants d’huiles minérales dans les aliments est un sujet import. Par plusieurs analyses, les services suisses de contrôle sanitaire des aliments ont prouvé la présence de composés d’huiles minérales dans de nombreux aliments sous emballage. Cette contamination est essentiellement due au recyclage de journaux avec le papier et le carton. Les composés d’huile minérale ne sont pas des substances chimiques uniques bien déterminées, mais des fractions composées de plusieurs substances.

Limites de migration
Les valeurs limite pour les composants qui migrent vers les aliments sont généralement précisées sous forme de limite de migration globale (LMG) et limite de migration spécifique (LMS) - en anglais, overall migration limit (OML) and specific migration limit (SML).

LMG
Selon le Règlement (UE) n° 10/2011, les matériaux et articles en plastique prévus pour le contact alimentaire ne doivent pas transférer leurs composants vers des simulateurs d’aliments dans des quantités supérieures à 10 mg de composants globalement libérés par dm² de surface de contact alimentaire (mg/dm²). Cette valeur limite de 10 mg/dm² détermine la Limite de Migration Globale (LMG) (OML, Overall Migration Limit). Exprimée par rapport au cube standard UE (6 dm²/kg), la LMG est de 60 mg par kg d’aliments dans certains cas. Une attention particulière est requise pour les matériaux et articles entrant en contact avec de la nourriture pour bébés ou pour jeunes enfants. La LMG est alors fixée à 60 mg de composants globalement libérés par kg de simulant de denrée alimentaire.

LMS
Des limites de migration spécifiques (SML, Specific Migration Limits) sont déterminées pour les composés individuels toxicologiquement significatifs qui migrent vers les aliments. Les limites de migration spécifiques sont exprimées en mg de substance par kg d’aliments.

Matières à double usage
Les additifs à double usage sont des substances utilisées simultanément comme additif dans les matériaux en contact alimentaire et comme additif ou parfum alimentaire. Les additifs à double usage doivent être documentés dans le tableau LSM pour que le remplisseur d’aliments puisse évaluer son propre risque.

Métaux lourds
Il existe de nombreuses définitions pour les métaux lourds. Ils sont généralement déterminés par leur densité, sans tenir compte des différents niveaux de toxicité. Selon le dictionnaire de chimie de Römpp, les métaux lourds ont une densité supérieure à 5 g/cm³. Certains métaux lourds importants, le mercure, le plomb, le cadmium et le chrome (VI), sont jugés très nocifs. L’arsenic est souvent inclus dans cette série à cause de sa toxicité, même si ce n’est en vérité qu’un élément semi-métallique. De nombreux métaux lourds, tels le fer, le cuivre, l’étain et le zinc, sont essentiels pour l’être humain, les « oligo-éléments essentiels ».

Migration
La migration est le transfert de substances entre deux phases, i.e. de l’emballage vers les aliments ou vice-versa. Non seulement tous les matériaux d’emballage, mais aussi l’environnement, peuvent contribuer à la migration. Moins sa masse moléculaire est élevée, plus une substance migrera facilement. Les molécules de masse supérieure à 1 000 Dalton sont généralement négligées pour la migration, leur tendance à migrer étant très faible. Il n’existe des tests de migration exactement définis que pour les plastiques ; ils ne peuvent pas être directement appliqués aux adhésifs.

MOH
Généralement parlant, les hydrocarbures d’huiles minérales (MOH) sont constitués de deux fractions de chimie et de structure différentes : les MOH aromatiques (MOAH, Mineral Oil Aromatic Hydrocarbons) et les MOH saturés (MOSH, Mineral Oil Saturated Hydrocarbons). Les grades d’huile minérale technique contiennent généralement entre 15 et 35 % de MOAH, ce qui donne un rapport MOSH/MOAH de 4 sur 1.

MOAH
Une partie mineure des hydrocarbures d'huiles minérales (MOH) est constituée d’hydrocarbures d'huiles minérales dits aromatiques, les MOAH. Les systèmes cycliques 1-4, alkylés jusqu’à 97%, y prédominent. Selon le BfR (Institut fédéral allemand d’évaluation des risques), un potentiel cancérogène ne peut être exclu pour cette fraction ; la mutagénicité est essentiellement causée par les systèmes aromatiques cycliques 3-7.

MOSH
La majeure partie des hydrocarbures d'huiles minérales (MOH) est constituée des hydrocarbures d'huiles minérales dits saturés, les MOSH. Il s’agit d’hydrocarbures paraffiniques et naphténiques dotés d’une chaîne carbonée de 16 à 35 atomes. L’EFSA, autorité européenne de sécurité des aliments (European Food Safety Authority), estime que nous ingurgitons entre 0,03 et 0,3 mg d’hydrocarbures saturés par kilogramme de poids corporel dans notre alimentation quotidienne. Des expériences sur des animaux prouveraient que cette partie d’huile minérale peut s’accumuler dans le corps, en particulier dans les ganglions lymphatiques, la rate et le foie.

NIAS
Les substances ajoutées de façon non intentionnelle (NIAS, Non-Intentionally Added Substances) désignent toutes les substances présentes dans les matériaux de conditionnement alimentaire, mais qui n’ont pas été ajoutées en tant qu’éléments de la formulation par les fournisseurs. Il s’agit soit d’impuretés et de produits secondaires de réactions – généralement inévitables – contenus dans les films, encres et adhésifs, soit de substances formées lors de l’application : lorsque deux composants, film et adhésif, se rencontrent, lorsque l’emballage est exposé à l’environnement ou aux aliments... La puissance d’analyse moderne permet de détecter des NIAS dans presque tous les matériaux : mesurées en parties par milliard ou encore plus finement, les impuretés sont inévitables. En général il est impossible d'éviter complètement les NIAS, mais le risque des NIAS connus peut être évalué et leur niveau peut être réduit en appliquant le principe ALARA. 

L’ordonnance suisse
L’ordonnance suisse SR 817.023.21 est une loi suisse sur les biens de consommation. Elle peut être comparée à la « Bedarfsgegenständeverordnung » allemande. La Suisse n’étant pas membre de la Commission Européenne, la réglementation sur le contact alimentaire en Europe ne s’applique pas – notamment le Règlement cadre. La Suisse est donc obligée de créer sa propre réglementation pour le contact alimentaire. Dans la plupart des cas, elle transfère la réglementation européenne dans ses lois nationales ; les restrictions pour certaines substances en Suisse coïncident donc avec celles de l'Union Européenne. L’annexe VI de l’Ordonnance suisse contient un chapitre spécial sur les encres d’impression pour le conditionnement alimentaire, qui n’a pas d’équivalent ailleurs en Europe. Si, après conditionnement et impression, un aliment doit être vendu en Suisse, l’encre d’impression ne peut comporter que des composants répertoriés dans les listes positives de l'annexe VI.  La liste A de l’annexe VI contient des substances qui ont été évaluées toxicologiquement et sont d’utilisation restreinte. La liste B contient des substances qui n’ont pas encore été évaluées et donc sont limitées à 10 ppm.

Photo-initiateur
Les photo-initiateurs sont des substances photo-réactives qui créent des radicaux lorsque soumises à la lumière UV. Ces radicaux peuvent faire démarrer des réactions de polymérisation ou de réticulation, notamment dans les systèmes acryliques.

Phtalates
Les phtalates sont souvent employés comme plastifiants, par exemple le phtalate de di-isononyle, de butyle ou de dibutyle.

Les produits anti-moussants
Les produits anti-moussants dont des additifs chimiques réduisant et empêchant la formation de mousse dans les liquides pendant des process industriels. Ils appartiennent à différentes familles chimiques : à base d’huile minérales, d’huiles végétales ou de silicones. Dans ces familles, Henkel choisit les grades spécifiques adaptés au conditionnement alimentaire, répertoriés dans la réglementation sur le contact alimentaire.

Produits de décomposition
Les produits de décomposition se forment pendant la production ou le chauffage d’un adhésif. Ils entrent dans les NIAS. La réglementation exige que les produits de décomposition soient, eux aussi, pris en compte dans l’évaluation du risque.

Règlement cadre (CE) n° 1935/2004
Le Règlement cadre est une réglementation européenne sur le contact alimentaire. Il stipule que les matériaux et objets doivent être fabriqués conformément aux bonnes pratiques de fabrication afin que, dans les conditions normales ou prévisibles de leur emploi, ils ne transmettent pas aux denrées alimentaires des quantités de constituants susceptibles:

  • de présenter un risque sanitaire pour l’homme
  • de provoquer une altération inacceptable de la
  • composition des alimentsde détériorer leurs propriétés organoleptiques

Le règlement concernant les matériaux et objets en plastique (UE) n° 10/2011
Le règlement concernant les matériaux et objets en plastique (« The Plastic Regulation » ou « PIM » en anglais) est une mesure prise spécifiquement pour les plastiques en contact alimentaire. Il ne s’applique ni aux adhésifs, ni aux revêtements. Il s’applique uniquement aux couches en plastique dans les matériaux sandwich multi-matériaux. Les adhésifs ne sont donc absolument pas concernés par ce règlement. La limite de migration globale (LMG) pour l’intégralité des substances d’un emballage alimentaire ne doit pas dépasser 10 mg/dm² de la surface en contact avec les aliments. Le règlement répertorie également des limites de migration spécifiques (LSM) pour des substances individuelles, également à prendre en compte. Ces restrictions sont basées sur des données toxicologiques et peuvent également être utilisées pour évaluer des adhésifs.

Règlement GMP relatif aux bonnes pratiques de fabrication (CE) n° 2023/2006
Selon les articles 5 à 7, le règlement GMP (CE) n° 2023/2006 demande que soit mis en œuvre un système d’assurance qualité efficace et documenté et que soit établi un système de contrôle qualité avec contrôle continu et documentation des spécifications, des formules de fabrication et des process.

Réticulation aux UV
La réticulation aux UV est une réaction provoquée à l’aide de lumière ultra-violette. Lorsque la lumière UV irradie un adhésif réagissant aux UV, des radicaux se créent (voir photo-initiateur). Ces radicaux démarrent des réactions de réticulation, par exemple dans les systèmes acryliques. La réticulation transforme un produit doté de chaînes de polymères courtes et d’une faible cohésion en un réseau tridimensionnel et cohésif.

Solvants résiduels
Les adhésifs à base de solvants doivent sécher après application. L’étape de séchage échappe du contrôle de Henkel, mais ses clients en sont responsables. Seul le convertisseur peut donc connaître le niveau de solvants résiduels contenus dans le produit final. Les solvants ont souvent un grand impact sur les caractéristiques organoleptiques des aliments (l’odeur et le goût). L’efficacité du séchage est donc très importante pour l’aptitude au contact alimentaire.

Stabilisateur
Les stabilisateurs sont des additifs pour stabiliser certaines propriétés physiques ou chimiques dans les adhésifs finaux. Ils sont de types différents:

  • Stabilisateurs de viscosité: Agents épaississants ou colloïdes permettant de stabiliser la viscosité, modifier la rhéologie et prévenir la sédimentation et la formation de phases
  • Stabilisateurs anti UV : Additifs qui absorbent le rayonnement UV et/ou préviennent la dégradation du polymère par les UV
  • Stabilisateurs de latex naturel (agents tensioactifs et/ou thiurame) : Préviennent le vieillissement des émulsions de caoutchouc naturel et améliorent la stabilité mécanique

Substances CMR
CMR est l’acronyme de « Cancérogène, Mutagène ou Reprotoxique ». Toute substance possédant l’une ou plusieurs de ces propriétés est classée comme agent CMR.

SVHC
SVHC est l’acronyme de « Substances of Very High Concern », substances très inquiétantes. Il a été proposé que toute utilisation future de SVHC soit soumise à une procédure d’autorisation sous REACH (Régulation (CE) n° 1907/2006). C’est bien la première étape d’un process de restriction de leur utilisation. Une substance devient SVHC dès lors qu’elle remplit un des critères suivants:

  • elle est cancérog
  • èneelle est mutagènee
  • lle est reprotoxiqueelle est persistante, bioacc
  • umulative et toxiqueelle est très persistante et
  • très bioaccumulative
  • il y a des « preuves scientifiques d’effets sérieux probables sur la santé des personnes ou sur l’environnement, suscitant un niveau d’inquiétude correspondant » ; de telles substances sont identifiées au cas par cas

Toxicologie
Une très grande partie de l’expertise toxicologique de Henkel est concentrée dans l’unité Toxicologie du groupe, chez Henkel Düsseldorf. Pour les matériaux UA en contact alimentaire, la toxicologie concerne des questions de fond précises et il faut une grande expertise pour y répondre. L’évaluation du risque comporte toujours deux parties, l’évaluation du danger, puis l’évaluation de l’exposition. Pour commencer, il faut établir si la présence d’un certain produit chimique dans un matériau en contact alimentaire est associée à un danger ou non. L’évaluation du danger se fait à partir de toutes les données toxicologiques disponibles, issues de recherches in vitro, d’essais in vivo, de l’expérience humaine et d’études épidémiologiques. Une analyse des relations entre structure et activité peut être réalisée par ordinateur, en vue d’une éventuelle élimination. Une solide évaluation du risque peut nécessiter des essais toxicologiques additionnels. Ensuite vient l’évaluation de l’exposition potentielle, par exemple d’un consommateur final de nourriture emballée. L’exposition peut être estimée, notamment à partir d’essais de migration. Dès lors que le danger potentiel et l’exposition ont été identifiés, le toxicologiste peut conclure sur un risque potentiel. Une valeur typique est ici la « Marge de sécurité » (MoS, Margin of Safety). Le coefficient MoS dit combien de fois la dose potentielle ingérée par le consommateur final est inférieure à la dose sans effet préjudiciable (sur des animaux, par exemple). L’unité Toxicologie apporte également un soutien toxicologique aux clients de Henkel, répond à des questions particulières et résout des problèmes d’ordre sanitaire, si nécessaire.

Triacétine
La triacétine ou triacétate de glycérol (CAS n° 102-76-1) peut s’employer comme plastifiant. En Europe, cette substance est un additif alimentaire autorisé sous le numéro E 1518.

Zinc
Le zinc est traditionnellement utilisé sous forme de sel (ZnCO3…) ou d’oxyde (ZnO) dans les adhésifs à base de caséine, pour améliorer la résistance à l’eau. Cependant, leur faible solubilité dans l’eau fait que les composés du zinc en poudre sont maintenant classés R50-53, « très toxique pour l’environnement aquatique », à étiqueter, conditionner et transporter en conséquence. C’est pourquoi la nouvelle gamme d’adhésifs Henkel à base de caséine ne contient aucun composé du zinc. 

Comment pouvons-nous vous aider ?

Contactez nos experts en adhésifs pour le conditionnement et expliquez-leur précisément votre application.

Nous contacter

La sécurité alimentaire est importante !

Abonnez-vous à notre newsletter Food Safe Packaging en anglais, gratuite, et soyez informé des sujets clé de la sécurité alimentaire.

Vous abonner