Conditionnement alimentaire

La sécurité alimentaire est un sujet clé pour l’industrie du conditionnement
Tout comme les années d’avant, la sécurité alimentaire était un des grands sujet dans l’ensemble de l’industrie du conditionnement en 2016. Les entreprises du conditionnement font face à des défis croissants liés à plusieurs facteurs différents, par exemple les progrès technologiques en production et dans les process, le nombre croissant de produits complexes et une prise de conscience de plus en plus grande de la part des consommateurs et des organisations non-gouvernementales. La situation est aggravée par le manque de clarté concernant les valeurs limites. Pour clarifier le sujet, Henkel réalisé une synthèse comportant de l’information sur les huiles minérales et les NIAS (substances ajoutées de façon non intentionnelle), sur la fin de la période de transition accordée par le Règlement concernant les matériaux et objets en matière plastique et sur les nouvelles approches règlementaires.

La sécurité alimentaire est devenue un sujet d’importance centrale pour l’industrie du conditionnement. Chez Henkel, des développeurs et analystes du monde entier travaillent depuis des années sur des solutions innovantes dans les adhésifs et la sécurité alimentaire. Avec le temps, la société a su développer une expertise holistique dans ce domaine, à 360 degrés.

Huiles minérales et substances ajoutées de façon non intentionnelle (NIAS)

« Les huiles minérales dominaient le débat sur la sécurité alimentaire en 2016. Et il n’y a aucune raison de croire qu’il en sera autrement cette année », explique Dr Monika Tönnießen, Manager Product Safety and Regulatory Affairs chez Henkel. « Pour ce qui est de la migration des composants d’huiles minérales dans les aliments, aucun compromis avec la sécurité n’est envisageable. » Cette position fut amplement confirmée par les participants aux webinaires sur la sécurité alimentaire habituels, organisés par Henkel.

Quels que soient les composants de matériau d’emballage concernés, la migration de constituants d’huiles minérales dans les aliments conditionnées reste possible. Les sources habituelles sont les encres, le carton recyclé, les matériaux plastiques, les revêtements, le papier ciré, les sacs de jute et les adhésifs. Et les huiles minérales elles-mêmes ne sont pas des substances chimiques clairement définies, mais des mélanges hautement complexes de différentes fractions d’hydrocarbures. Tous ces facteurs compliquent au plus haut point la détermination, l’analyse et l’évaluation toxicologique des matériaux concernés.

Selon Mme Tönnießen, l’industrie s’est intéressée de particulièrement près aux NIAS, en 2016. Ces substances sont généralement considérées comme composés chimiques présents dans un produit, sans y avoir été activement ajoutés pendant le process de fabrication. Citons par exemple les amines aromatiques primaires (AAP), notamment utilisées dans l’industrie pour produire des colorants azoïques et certains polymères. Par rapport aux adhésifs de contrecollage, les monomères isocyanates aromatiques résiduels peuvent générer des AAP si le système adhésif n’a pas été appliqué conformément aux spécifications de fabrication. Certaines AAP sont connues pour présenter un risque toxicologique à l’ingestion, car considérées comme potentiellement cancérigènes. Pour tous types de NIAS, l’objectif prédominant est de prévenir leur migration vers les aliments. Si ce n’est pas possible, il faut évaluer le risque de la migration.

Étude du marché européen et déclarations sur le contact avec les aliments

L’importance de la sécurité alimentaire est bien mise en évidence par la recommandation concernant la surveillance du marché, publiée par la Commission européenne le 16 janvier 2017.  Selon cette recommandation, les états membres doivent surveiller les hydrocarbures d’huiles minérales dans les denrées alimentaires et dans les matériaux en contact alimentaire provenant de divers fabricants sur les deux années à venir. Basés sur les résultats de cette enquête, une recommandation sur les limites de migration sera ensuite émise pour l’état membre. Ceci constitue un pas en avant important pour la sécurité alimentaire, car jusqu’à présent il n’y avait pas de limite harmonisée s’appliquant à toute l’UE ; la seule mesure dans ce sens était un projet de règlement sur les huiles minérales rédigé en Allemagne, utilisé comme guide par l’industrie. « L’absence d’orientation réglementaire claire a provoqué de l’incertitude dans l’industrie, qui réclame une base plus sûre pour la planification », ajoute Mme Tönnießen, qui est régulièrement en contact avec des partenaires industriels.

Henkel aide ses clients à gérer cette situation réglementaire complexe. Des experts sont présents pour discuter des adhésifs les mieux adaptés pour l’application du client, afin d’assurer la marge de sécurité alimentaire exigée. Avec son expertise interne et son approche à 360 degrés, Henkel aide ses clients à obtenir la sécurité nécessaire. Et avec ses déclarations sur le contact avec les aliments spécialement conçues à cette fin, Henkel procure également un avantage décisif à ses clients. Ces déclarations contiennent non seulement de l’information réglementaire sur les dispositions pour les emballages alimentaires, mais aussi des détails sur l’évaluation du risque que Henkel a conduite sur ses propres produits. Les substances incriminées, comme les composants d'huiles minérales ou les AAP, sont également couvertes par ces déclarations.

Fin de la période de transition pour le règlement sur les plastiques
Un autre sujet à gérer cette année pour les acteurs du marché fut la fin de la période de transition du Règlement concernant les matériaux et objets en matière plastique. Le 1er janvier 2016, les nouvelles conditions d'essai de la Régulation (UE) n° 10/2011 sur les matériaux et articles en plastique destinés à entrer en contact avec les denrées alimentaires entra pleinement en vigueur. Mais l’industrie n’avait pas encore vu le bout des changements. En tout cas pas tel que le perçoit Dr Matthias Frischmann, Head of Instrumental Analysis chez Henkel : « A cause des conditions d’essai plus sévères, certains composants doivent maintenant être réévalués pour vérifier leur sécurité alimentaire. »

Le Règlement concernant les matériaux et objets en matière plastique ne s’applique pas aux adhésifs, mais ses conditions d’essai plus rigoureuses sont souvent utilisées comme base pour évaluer les adhésifs. « Les gens ignorent souvent que bon nombre de formulations ne peuvent pas être testées sous les nouvelles conditions », dit Frischmann. Il souligne que les propriétés physiques et chimiques des produits peuvent varier au cours des tests, de façon à ce que les essais ne reflètent plus du tout les conditions réelles. Il est donc pratiquement impossible d’évaluer le véritable contact alimentaire.

Dans le but de définir des normes claires pour l’industrie entière, Henkel collabore de près avec la FEICA, Fédération Européenne des Industries de Colles et d’Adhésifs, et contribue lourdement à résoudre le problème, grâce au travail de ses experts.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Contactez nos experts en adhésifs pour le conditionnement et expliquez-leur précisément votre application.

Nous contacter

Conditionnement alimentaire

Voulez-vous rester à jour sur les sujets clé de la sécurité alimentaires ? Visitez notre portail Sécurité alimentaire et abonnez-vous à notre newsletter Food Safe Packaging (en anglais).

Plus d'information